Exercice 3 : l’Art de la Contemplation

Méditer, ce n’est pas simplement s’asseoir et se concentrer sur son intériorité. C’est aussi être capable de contempler ce qui nous entoure, de capter tout ce qui vit autour de nous.

Contempler, c’est observer, sans essayer de comprendre, de commenter ou de réfléchir. C’est déconnecter le mental et se contenter de sentir. C’est accueillir des goûts, des sons, des odeurs, des sensations, des paysages. Et tout cela sans juger, sans essayer d’y mettre une idée de positif ou de négatif. Il faut juste capter les choses telles qu’elles sont réellement et ne pas laisser interférer notre propre réalité, nos propres croyances.

Certaines choses nous amènent facilement dans des états de béatitude, de légèreté, d’amour. Comme si  notre être venait d’être touché au plus profond par une grâce divine. Cela peut-être une musique, un point de vue, un bon petit plat …

Dans ces moments là, on se sent en alchimie complète avec le monde, car nous sommes juste en train d’accueillir pleinement quelque chose, sans essayer de découvrir quelles notes jouent l’interprète, par quel mystère la nature est si belle, quelle cuisson a été utilisée … Car dès lors que l’on cherche à comprendre, nous ne sommes plus capable d’accueillir. Nous brisons cette impression si précieuse qui est en train de se créer au fond de nous.

Apprendre à contempler est une chose merveilleuse. On apprend à se nourrir de belles choses : de la vue d’une fleur qui éclot, de la senteur d’un fruit frais, de l’harmonie d’une mélodie … Mais on apprend aussi à polariser, inverser ce que peuvent créer des “énergies négatives” que l’on peut rencontrer dans des manifestations ou des rassemblements de foules, qui émanent des gens qui nous entourent … pour transformer cette énergie là en quelque chose de bon et de positif.

Contempler, c’est accepter et aimer. Aimer de quoi notre monde est fait, sans essayer de le changer ou d’y apposer notre propre marque, sans essayer de le dominer.

Les plus belles choses de la contemplation sont souvent cachées dans les choses les plus simples : l’odeur du café, le soleil qui réchauffe la peau, la musique d’un film, une lumière qui perce à travers une vitre … Et l’art de la contemplation réside en notre capacité à découvrir le sacré dans tout ce qui nous entoure et à s’en nourrir. Non pas avec avidité, mais avec amour et bienveillance.

Contempler ce monde nous aide à en avoir moins peur.

Je sais que l’exercice peut s’avérer difficile : qu’y a-t-il de beau dans le massacre de rhinocéros, la destruction de notre banquise, “l’art de la guerre” … ? Je ne peux vous répondre car je cherche encore la réponse.

En attendant, je vous invite simplement à vous réjouir de l’apparition d’un rayon de soleil, de l’eau qui coule dans votre organisme quand vous avez soif, de la bonne odeur d’un croissant. Captez toute la vie qui se dégage de ce qui vous entoure et apprenez à prendre le temps de vous poser pour simplement contempler. Car la plus belle nourriture pour l’âme est celle que peut nous donner nos cinq sens

Photo 1 : Mur de Berlin, Berlin, Allemagne, avril 2014.
Photo 2 : Naissance d’un poulain, Rehfeld, Allemagne, avril 2014.
Photo 3 : Parc Floral, Bordeaux, France, juin 2016.

2018-05-15T10:08:04+00:00

Laisser un commentaire

5 × 1 =